À la découverte de l’escalade

À la découverte de l’escalade

Tout démarre lors d’un stage multi-activités (vélo, randonnée, via ferrata, canyoning, canoë) avec l’UCPA à Serre Chevalier. 

Mon coup de cœur est à l’escalade, par une belle journée ensoleillée. Sur la route qui nous mène aux falaises je me remémore quelques vagues souvenirs de grimpe en salle au collège, je ne suis pas très enthousiaste. La monitrice nous emmène sur une falaise ombragée. Je suis enchantée par le cadre: ruisseau et forêt à mes pieds et vu sur les montagnes au loin. 

Beaucoup d’explications sont données avant de démarrer l’activité. On ne rigole pas avec la sécurité, notre binôme aura nos vies entre ses mains! 

J’aime le fait qu’il y en a pour tous les niveaux. L’idée est de trouver une voie qui propose une difficulté à notre échelle.

Une fois mon tour venu, je me prends au jeu et je trouve ça facile, captivant et ressourçant!

La journée passera très vite et le soir, contrairement aux autres disciplines de la semaine je ne suis pas fatiguée, juste bien…

Quelques mois plus tard, je délaissais la musculation pour cette activité exigeante mais ludique.

Pouvoir continuer à renforcer son corps mais d’une autre manière est réellement motivant. 

Aujourd’hui, je pratique le yoga tous les matins (en variant ma pratique en fonction de l’humeur, du temps et de mon intuition). Je rajoute à cette routine quelques exercices de renforcement (tout de même). 

En plus, je me rends en salle 3 fois/semaine pour grimper. 

Certes, ça à moins de charme que la roche au milieu des arbres mais ça me plait tout de même. 

Ici en plus de travailler physiquement je viens affronter mes peurs, challenger et cultiver ma patience! Je me fais confiance et je fais confiance à celui qui m’assure. 

L’escalade est parfaitement complémentaire du yoga. Ce dernier est une discipline ou l’on utilise énormément la poussée. L’escalade est un travail de tractions, on grimpe certes en poussant sur les jambes mais on tire aussi sur les prises pour s’élever. 

J’aime me dépasser, trouver une autre solution lorsque je chute, repousser mes limites, prendre le temps d’observer (ce qu’on appelle lire la voie), me balancer, trouver l’équilibre, et finalement arriver au sommet.

Plus récemment, j’ai pratiqué du bloc en plus des voies. En général, on ne grimpe pas plus haut que 5 m… Ça me permet de grimper quand je n’ai pas de partenaire, de travailler l’explosivité et la force. Egalment cela prend moins de temps! Il m’a fallu quelques séances avant de ne pas avoir peur de sauter du haut du parcours et en devers (paroi très inclinée). Ici il n’y a ni corde ni baudrier, il n’y a pas le choix, une fois en haut, même si on est content il faut redescendre. Alors deux options s’offrent à vous : dés-escalader (si on a encore l’énergie), ou sauter !

En bref, l’escalade est une activité qui me passionne. Elle me déconnecte des squats et des dips (pour caricaturer) que j’enseigne au quotidien, elle me permet de faire de nouvelles rencontres et m’emmène dans une bulle ou les mouvements changent constamment. 

Et vous quelle est votre activité?

Laissez vos remarques et conseils 😉 

Laisser un commentaire

×

Panier